Les Amis de Michel Jeury

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 octobre 2016

Les Carnets chronolytiques et L'Agrégation

Les Carnets chronolytiques de Michel Jeury sont mis à l'honneur dans une recension de la revue L'Agrégation, organe de la Société des agrégés de l'Université. Signe que les temps changent, que la science-fiction est aujourd'hui reconnue comme un domaine culturel et littéraire à part entière.

recension_Carnets_chronolytique_L_Agregation.jpg

vendredi 12 août 2016

L'AM.J organisatrice de la 43ème Convention nationale de science-fiction.

Voilà qui aurait sans doute plu à Michel Jeury. Contactée il y a deux ans par Amélie Ferrando, l'Association des amis de Michel Jeury organise cette année la 43ème Convention Nationale de Science-fiction, qui se déroule du 25 au 28 août au château de Moulerens à Gradignan (Bordeaux Métropole). L'invité d'honneur est l'écrivain Pierre Bordage.

13087004_1735488130001291_1199501106644268775_o.jpg

Toutes les informations (programme, invités, participants) sont disponibles sur le site de la Convention: http://conv2016.noosfere.org/Accueil.html

Suivez-nous sur la page Facebook de la Convention: https://www.facebook.com/events/1523797014611534/

lundi 20 juin 2016

Conférence-rencontre à la Librairie Mollat autour des Carnets chronolytiques de Michel Jeury

Le jeudi 23 juin à 18h dans les salons Albert Mollat de la Librairie Mollat à Bordeaux, Natacha Vas-Deyres a présenté les Carnets chronolytiques de Michel Jeury. Ce fut l'occasion de revenir sur les circonstances de l'écriture de ces fragments autobiographiques et sur la création de la collection "SF Incognita".

WP_20160623_021.jpg Natacha Vas-Deyres en dialogue avec Philippe Baudorre, professeur à l'Université Bordeaux Montaigne

13522698_1755776127972491_7482252894714395545_o.jpg

Podcast de la rencontre

samedi 21 mai 2016

Sud-Ouest. L'écrivain Michel Jeury mis à l'honneur

Sud-Ouest relaie la remise du Prix spécial de l'imaginaire

mardi 10 mai 2016

Les Carnets chronolytiques Prix spécial du Grand Prix de l'Imaginaire 2016 !

Les Carnets chronolytiques de Michel Jeury, seul texte autobiographique de cette catégorie, ont obtenu le Prix spécial au Grand Prix de l'imaginaire 2016, dont les lauréats viennent d' être récompensés au Festival Etonnants voyageurs à Saint Malo du 14 au 16 mai. Michel Jeury doutait de l'intérêt de ces textes. Nous sommes heureux, grâce aux Presses Universitaires de Bordeaux, d'avoir pu offrir ces réflexions et souvenirs à ses lecteurs.

La remise du Prix au Festival Etonnants voyageurs à Saint Malo le 15 mai 2016 à la Maison de l'Imaginaire: IMG_1049.JPG Pascal Patoz, secrétaire du GPI remet à Natacha Vas-Deyres et à Richard Comballot le Prix spécial.

Les Lauréats du GPI 2016: IMG_1055.JPG

La première recension vient également d'être publiée, dans le numéro d'avril 2016 dans la revue internationale Europe, signée de Roger Bozzetto: recension_Carnets_chronolytiques.jpg

samedi 9 avril 2016

"L'Homme qui cultivait le futur", hommage à Michel Jeury, Utopiales 2015.

En octobre 2015, les Utopiales rendaient hommage à Michel Jeury lors d'une table-ronde modérée par Simon Bréan, avec Gérard Klein, Natacha Vas-Deyres, Raphaël Granier de Cassagnac et Jacques Barbéri. Ce fut l'occasion de projeter un court métrage hommage élaboré par l'AM.J et de comprendre comment l'œuvre de l'écrivain a influencé trois générations d'écrivains et de spécialistes.

La vidéo est visible sur youtube

Table ronde MJ

Simon Bréan, Gérard Klein, Natacha Vas-Deyres, Raphaël Granier de Cassagnac et Jacques Barbéri. © ActuSF.

mercredi 30 mars 2016

Assemblée générale 2016

L'AG 2016 de l'association s'est tenue le samedi 23 avril 2016 à la salle du Conseil d'Issigeac (Dordogne), en présence de l'écrivain Christian Grenier, adhérent de l'AM.J


Christian Grenier, Emmanuel Dubois (trésorier), Natacha Vas-Deyres (présidente), Marie-Dominique Gérard-Bot (secrétaire) et d'autres adhérents de l'association.

Photo Jacky Beney, Journal Sud-Ouest



jeudi 4 février 2016

Nomination des Carnets chronolytiques au Grand prix de l'Imaginaire 2016

Les Carnets chronolytiques de Michel Jeury sont nominés dans la catégorie Prix spécial du Grand Prix de l'Imaginaire, ainsi que le Prix Jean-Jacques Rousseau

Voir le site officiel du GPI et le site du Prix Jean-Jacques Rousseau: http://prixjjrousseau.blogspot.fr/2016/02/selection-pour-le-7eme-prix-jean.html

A suivre !

" Le vrai goût de la vie" note de lecture des Carnets chronolytiques par Jean-Michel Archaimbault

Jean-Michel Archaimbault, Ingénieur des mines, membre de l'Académie Montesquieu, est également un écrivain et un grand spécialiste de la série allemande Perry Rhodan, qu'il a découvert pour la première fois dans la collection "Anticipation" du Fleuve Noir en 1966. Après avoir co-fondé "Basis", le premier club amateur francophone Perry Rhodan en 2000, il est nommé direction de la collection "Perry Rhodan" au Fleuve Noir en 2002. Egalement fin connaisseur de Maurice Limat ou Richard Bessière, il a rencontré Michel Jeury en 2010. La lecture des Carnets chronolytiques est l'occasion pour lui de mieux comprendre l'homme et l'œuvre.

001-JM_ARCHAIMBAULT_Salon_Livre_Paris_03-2006.jpg

Le vrai goût de la vie… La SF de Michel Jeury m’a toujours semblé particulière, parfois difficile d’accès (hormis ses premières œuvres) et complexe dans ses développements sur des plans multiples, entrecroisés, interpénétrés. Parmi ses romans, mes préférés sont Les Yeux Géants, May le Monde et… Aux Etoiles du Destin. Je n’ai pas lu ses textes régionalistes, juste vu et apprécié L’Année du Certif. La vraie découverte de l’auteur et surtout de l’homme, je viens de la faire grâce aux Carnets Chronolytiques dont la lecture me laisse ému, pour ne pas dire bouleversé, et dans un curieux état de résonance sur de nombreux points.

Nous avons la chance inestimable que Natacha Vas-Deyres et Richard Comballot aient pu collecter les textes de cette autobiographie du vivant de son « sujet ». A la première personne, en direct, Michel Jeury raconte sa vie – ses vies, plutôt – sans fioritures, avec honnêteté et franchise, avec tout son amour des humains, des animaux, de la nature et du monde. Avec, aussi, une sensibilité retenue qui rend l’impact encore plus fort. Dit avec humour et sans complaisance, le parcours est passionnant à suivre, d’une richesse infinie (que de « gens bien » Michel Jeury a-t-il connus !), remarquablement éclairé par des notes de bas de page très documentées (bravo et merci aux compilateurs pour ce phénoménal travail) et par une bibliographie critique exhaustive. Il fournit également un très appréciable témoignage sur l’histoire de la SF en France durant les années 60 à 80, sur une partie du milieu de la littérature générale ensuite. Les « zooms » proposés en annexes approfondissent encore la personnalité du conteur et écrivain régionaliste peu ou pas connu de son public en SF.

Je retiens précieusement, de cette lecture, des sortes de souvenirs partagés comme le départ de la Casta pour l’abattoir (p.61) ou l’enfant au chien qui va mourir (pp.174-177). S’y ajoutent des citations qui me touchent très personnellement car elles font écho à mon propre ressenti sur certaines périodes de mon existence, surtout mon enfance de citadin qui passait le plus clair de ses vacances à la ferme et s’en allait aux champs ou en promenade avec un Bob Morane ou un "Anticipation" dans la poche. « La nostalgie de l’enfance tient dans mon cœur, d’un côté aux champs, aux bois, à la nature, aux animaux qui vivaient avec moi, et de l’autre côté aux « illustrés ». La terre sous mes sabots, les cabots dans mes jambes, les arbres sur ma tête et le ciel en guise de casquette. Ce que j’appellerai pour simplifier le versant paysan de mon destin. Et de l’autre : mille songes sur l’horizon, symbolisés par quelques noms d’étoiles et de constellations, Véga, Bételgeuse, Procyon, toutes celles d’Orion, du Cygne, du Grand Chien, sans oublier Alpha du Centaure. » (pp.52-53) « Un paysan à gros sabots égaré sur le plancher des astres. » (p.69)

Emouvante, la confidence aux frères Bogdanoff, en 1975 : « Vous savez, grâce à ce roman, j’ai pu m’acheter un sécateur tout neuf… Je le garde pour les prochaines vendanges. » (p.92) Plus émouvante encore, la rencontre avec l’une de ses biographes : « Et voici qu’en un temps où les jeux semblaient faits, où l’ère des rencontres semblait close pour toujours, sauf peut-être avec les morts, dans l’univers chronolytique, quarante ans après Le Temps Incertain, surgit d’un monde parallèle une comète blonde nommée Natacha Vas-Deyres. C’est elle qui écrira le mot « fin » après le dernier chapitre de ma vie. Je la crois assez bonne magicienne pour inventer un retournement sublime afin de changer le pigeon pattu en épervier de haut vol. Et de lui donner une seconde vie. » (pp.97-98) Rédigé par Dany Jeury, fille unique de Michel et de Nicole, le chapitre final offre la plus belle et poignante des synthèses dont l’on puisse rêver. Ses derniers mots, « Les cygnes se créent dans le ciel… », font allusion à ces signes secrets que les chers disparus adressent aux vivants : en guidant leur choix d’un livre dans la bibliothèque puis en le leur faisant ouvrir à une page particulière où figure une phrase comme « Faut-il que j’enlève ma culotte pour te convaincre ? » (p.224 de L’Orbe et la Roue), ou en envoyant un oiseau et un chat élire domicile dans la maison – « un oiseau sous les étoiles, un chat au rez de chaussée. Le Ciel et la Terre. Ses deux personnalités. » (p.190). Vous l’aurez compris, la lecture de ce livre est bénéfique et indispensable.

mercredi 16 décembre 2015

Aux étoiles du destin

Avec la sortie en salle du « Retour de la force », l'occasion est idéale pour relire ou découvrir « La Machine du pouvoir » et « Aux étoiles du destin », les deux premiers romans de SF de Michel Jeury parus en 1960 sous le pseudonyme d'Albert Higon (réédités depuis). Rappelons au passage que le prix Jules Verne fut décerné à « La Machine du pouvoir », roman dans lequel le héros Tan Horn était accompagné d'un androïde à la voix nasillarde (qui se fait couper en deux au milieu du roman) et était confronté à une armée de clones. Dans « Aux étoiles du destin », la coalition intergalactique décide de détruire l'étoile où se regroupent les forces du mal. Deux romans passionnants.

Pour ce qui est de l'influence de la BD sur la saga de Georges Lucas, voir l'article publié sur le site France TV Info.

- page 1 de 6