Gérard Klein a eu un rôle capital dans la vie de Michel Jeury : il est celui qui a cru en son talent, au point de publier le manuscrit du Temps incertain sans presque aucune correction. Il est un acteur essentiel de sa carrière, lui permettant d'être édité dans la collection « Ailleurs et demain » chez Robert Laffont.
C'est encore ce même éditeur qui publiera la majorité des romans de terroir de Michel Jeury. 

Gérard Klein interviendra à Issigeac en qualité d'écrivain, d'éditeur et d'ami de Michel Jeury. Son témoignage apportera un éclairage précieux sur l'auteur.
C'est un grand témoin du monde de la science-fiction et de l'édition depuis les années 1950.

Qui est Gérard Klein ?

C'est un écrivain, un économiste et un éditeur, né en 1937. Après une première carrière d'économiste dans le groupe de la Caisse des Dépôts, (1963-1987), il choisit d'entrer dans l'édition comme conseiller de Robert Laffont (1969-1992), renouant avec une précoce vocation d'écrivain. Il a créé et dirige toujours aux Éditions Robert Laffont la collection Ailleurs et demain et, au Livre de Poche, la série spécialisée dans le même domaine. Il avait déjà co-dirigé au Livre de Poche la Grande Anthologie de la Science-Fiction qui fit date. C'est aussi un critique et spécialiste reconnu du monde universitaire grâce à ses articles et préfaces.
Ces textes sont consultables sur le site de « Quarante-deux », partenaire de l'exposition : 
http://www.quarante-deux.org/les_Archives_stellaires/Gerard_Klein/
Il a publié une quinzaine de livres, romans, recueils de nouvelles, essais, et un grand nombre d’articles pour la plupart consacrés à l’avenir sous toutes ses formes, prévision, prospective, science-fiction. Entre autres, au Livre de Poche : La loi du talion, Histoires comme si, Les seigneurs de la guerre ; chez J’ai Lu, Le rêve des forêts, Les voiliers du soleil, Le long voyage ; chez Denoël, Les perles du temps, Le temps n’a pas d’odeur

Certaines de ses œuvres ont été traduites en anglais, allemand, espagnol, italien, russe et roumain.

Son plus grand titre de gloire est d’avoir fourni en 1992 un sujet du bac sur le thème “science-fiction et prospective” .

Gérard Klein aux Utopiales 2012 dans une ambiance très « Blade runner »